3 faits à savoir pour mieux exploiter son cerveau durant un apprentissage !

Posted by & filed under .

Pourquoi continuer à "galérer" ???
Cadeaux: 5 audios + 1 guide PDF
(1) 5 fichiers mp3: pour se motiver et être en forme (issus de mes articles) + (2) le Guide PDF "Mes 4 techniques pour travailler régulièrement et réussir ses examens"

Comment notre cerveau mémorise les informations, lorsqu’on décide d’apprendre un cours ? Et comment pourrait-on l’aider à être plus efficace ?

Et si je vous disais que notre mémoire est plus efficace si nous faisons des pauses, si nous cherchons des liens entre les infos, et si nous nous arrêtons sur celles qui nous interpellent ?

Pourquoi ?

Eh bien, je vous propose de vous montrer (justifiés d’exemples) 3 facteurs (*) qui influencent beaucoup notre mémorisation, pendant qu’on apprend 🙂

"Appareil cerveau" :)

Comment notre cerveau prend-il nos photos-souvenirs… ? 🙂

Autrement dit, notre mémorisation durant un apprentissage dépend principalement de 3 facteurs. Voyons de quoi il s’agit. C’est parti !

 Les 3 faits scientifiques à savoir, à propos de notre mémorisation durant un apprentissage

1) La 1ère chose à savoir, c’est qu’on se souvient davantage des informations du début et celles en fin de séance d’apprentissage, que celle du milieu.

Par exemple, si nous voulons réviser ou apprendre notre cours d’histoire-géo durant 30min, cela signifie qu’on se souviendra davantage de ce qu’on aura vu au début de ces 30min, et des choses qu’on aura vu à la fin de ces 30min.

Et pour les cours des profs, c’est pareil: on se souvient davantage de ce qu’a dit le prof au début et à la fin du cours, que les informations données au milieu de la séance de cours.

Mais pour tout vous dire, notre cerveau est quand même plus puissant que cela, au niveau de la mémorisation ! Voyons la suite ! 🙂

 

2) Par ailleurs, nous retenons aussi plus facilement les informations qui sont liées entres elles, que celles isolées, sans liens.

Par exemple, si je vous dis: maison – fenêtre – porte – garage, je crois qu’il vous sera très facile de retenir ces 4 mots puisqu’ils sont liés entre eux, au niveau du sens.

Autre exemple plus concret. Dans mon cas, lorsque je révise mon cours de journalisme, j’ai remarqué que c’est largement plus facile de retenir les différentes infos, lorsque je fais l’effort de les lier entres elles, ou du moins, de bien comprendre le lien qu’elles ont entre elles (puisque, en principe, dans un cours, les infos sont liées entres elles !)

Ainsi, le prof a énuméré plusieurs fonctions, utilisations, que la photo pouvait avoir:

– trace d’un événement passé, démontre l’existence
– preuve
– témoignage historique
– attestation de l’existence d’une personne ou d’un fait
– sert à dénoncer une situation
– caractère mémorial
– objet de pensée: apporte connaissances, produit des savoirs
– objet de consommation (s’achète et se vend)
– outil d’intégration sociale (vision/représentation du monde à travers l’image)

Il est beaucoup plus simple de retenir ces informations si je les classe, plutôt que de les apprendre par cœur (bêtement), en liste !
J’ai remarqué, qu’on pouvait finalement classer cette liste en 3 catégories. D’ailleurs, ce classement est personnel, et on aurait peut-être pu envisager d’autres types de classement ?

1- Photo = preuve
– trace d’un événement passé, démontre l’existence
– attestation de l’existence d’une personne ou d’un fait

2- Photo = témoignage
– témoignage historique
– caractère mémorial

3- Photo = outil intellectuel, social, économique
– sert à dénoncer une situation
– objet de pensée: apporte connaissance, produit des savoirs
– outil d’intégration sociale (vision/représentation du monde à travers l’image)
– objet de consommation (s’achète et se vend)

De cette façon, c’est vraiment plus simple de retenir les infos, en cherchant le lien qu’elles ont entre elles, plutôt que d’apprendre « bêtement » une énumération d’infos…

Il en va de même, pour les plans des cours. C’est forcément plus simple de retenir un plan, si on comprend pourquoi le cours est organisé de cette façon.

Pourquoi le prof a t-il organisé son cours ainsi ? Quel est son objectif ? Il y a une logique (plan thématique ? plan chronologique ?…) qu’il est important de comprendre, pour mieux mémoriser le plan. Sachant que le plan, est un peu comme un tiroir dans lequel sont rangées des informations.

 

Mais des infos peuvent aussi être liées au niveau de leur sonorité. Un exemple (très con) qui me vient: Chantal / Chanter. Autre exemple (moins con, j’ai l’impression) les fables de La Fontaine sont plus facilement mémorables, car les rimes créent un lien sonore qui fait qu’on retient mieux.

Et puis d’ailleurs, c’est sur ce principe que se base les slogans, du genre: « Les antibiotique, c’est pas automatique ! »

 

3) On mémorise mieux les infos qui sont marquantes, uniques, qui suscitent une émotion ou stimulent l’imagination, que celles qui ne nous interpellent absolument pas.

Par exemple, si je vous demandais de mémoriser la liste suivante: maison – porte – Zidane – fenêtre – garage – jointure – poignée – carreaux. Vous avez remarqué qu’un élément est particulièrement frappant, n’est-ce pas ?! Oui, Zidane ! 🙂 Et c’est certain qu’on se souviendra davantage du mot Zidane, que des autres mots.

Ainsi, c’est particulièrement intéressant de réfléchir sur le cours que l’on doit apprendre, pour prendre conscience de toutes les choses qui peuvent nous surprendre, nous interpeller, soit parce que cela nous étonne, parce que c’est vraiment étrange, soit parce que on ne comprend pas encore vraiment le sens.

En fait, notre cerveau mémorise beaucoup mieux ce qui le fait réagir ! 🙂

 

Nous savons à présent :

– que lors d’un apprentissage, on mémorise mieux les infos du début et de la fin que celles au milieu

– qu’on mémorise davantage lorsque les informations présentent 1 lien entres elles, au niveau de sens, de la sonorité (ou de notre imagination)

– que nous mémorisons mieux les éléments frappants, surprenants.

 

Et alors ?

Et là, vous vous dîtes: « Et alors ? » Ouais, c’est bien beau, mais ça sert à quoi de savoir ça ?

Eh bien, au vu de ce constat, pour être beaucoup plus efficace lorsqu’il s’agit d’apprendre quelque chose, il y a plusieurs choses qu’on peut essayer de faire:

  1.  Un très bon moyen pour apprendre plus efficacement, c’est de s’offrir des pauses ! Cool, n’est-ce-pas ? 🙂 (cela suppose de ne pas s’y prendre à la dernière minute, c’est clair… !) 

    En effet, faire des pauses toutes les 30min (maximum toutes les 50min: au delà, nous sommes beaucoup moins concentré et efficace), permet d’augmenter le nombre de « début », et de « fin ». De cette façon, on peut retenir beaucoup plus d’informations ! 

    De plus, faire une petite pause, permet au cerveau de mieux assimiler les nouvelles informations: car il a besoin de temps !Ce n’est pas non plus une machine qui absorbe n’importe quoi, n’importe comment… !

  2. Toujours réfléchir quand on apprend: pour chercher les liens entres les infos, et ainsi mieux les retenir. 
  3. Ne pas être passif, et apprendre bêtement par cœur. Chercher ce qui nous surprend, nous étonne, ou qu’on ne comprend encore pas très bien.

 

Pour exploiter tout le potentiel de votre magnifique cerveau ! A vous de jouer ! 😉

* Article inspiré de Une tête bien faite, Tony BUZAN

 

Credit photo: Khánh Hmoong

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Pourquoi continuer à "galérer" ???
Cadeaux: 5 audios + 1 guide PDF
(1) 5 fichiers mp3: pour se motiver et être en forme (lecture de mes articles) + (2) le Guide PDF "Mes 4 techniques pour travailler régulièrement et réussir ses examens"

9 Responses to “3 faits à savoir pour mieux exploiter son cerveau durant un apprentissage !”

  1. Jean-Yves

    Très bon article, je n’aurai pas dis mieux moi-même bravo 🙂

    La petite pause de dix minutes est idéale pour engranger et retenir un maximum d’informations, et le secret est vraiment de ne RIEN faire pendant ces dix minutes

    Répondre
    • Nivek

      Quel honneur me fais-tu, Jean-Yves !!! Je suis vraiment fan de ce que tu fais !!! 🙂
      Alors merci beaucoup pour ton commentaire ! 🙂

      Oui, ne rien faire, ou faire des tâches non-intellectuelles, qui demandent peu d’énergie et de concentration.

      A+, Jean Yves ! (ici, ou ailleurs… ! 🙂 )

      Répondre
  2. Sridy

    Jourbon !

    Je suis d’accord avec l’ensemble de ton new article. 🙂

    Il est vrai que les gens retiennent souvent ce qui est au début/fin.
    Je me souviens qu’un de mes profs a dit : « on pourrait se contenter de corriger uniquement l’introduction et la conclusion dans une dissertation ».
    Mais est-ce là le simple fonctionnement biologique du cerveau humain, ou est-ce aussi le reflet d’une société qui ne prend pas le temps d’écouter, vitesse et rentabilité étant de prime ? Je me le demande ..

    Il est aussi vrai (c’est dans la même idée), que les gens retiennent principalement ce qui est court et percutant : les publicitaires l’ont bien assimilé et c’est pas pour rien qu’on (é)gorge les consommateurs de slogan !

    Enfin, et je suis aussi d’accord avec toi : les pause sont importantes pour laisser le cerveau refroidir (sinon global warming) et conserver une certaine productivité pour éviter la récession. Malheureusement, fort est à constater que, souvent, les pauses sont mal exploités : caféine et nicotine à outrance ! Comme le dis plus haut, ne RIEN faire peut être judicieux !

    à la prochaine !

    Répondre
    • Kévin

      Merci pour ton commentaire Sridy 🙂

      Effectivement, faire des pauses est quelque chose de très simple, mais d’extrêmement puissant, pour mémoriser de façon efficace !

      A bientôt 🙂

      Répondre
  3. madeleine

    bonjour,
    cela fait plusieurs que je lis vos articles très complets.
    cet article exploite les avantages des cartes heuristiques dont tu parais fan : liens entre les idées, visuel = photos,info unique,marquante = mot clé.
    un bon complément.

    Répondre
  4. Léonie

    Wow! Sincèrement chapeau!
    J’avais un travail sur la mémoire et j’en ai beaucoup appris grâce à cette article!
    Vraiment chapeau! 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire