Comment travailler régulièrement – Prendre soin de sa « voix intérieure » pour être son meilleur ami ! (4/4)

Posted by & filed under .

Pourquoi continuer à "galérer" ???
Cadeaux: 5 audios + 1 guide PDF
(1) 5 fichiers mp3: pour se motiver et être en forme (issus de mes articles) + (2) le Guide PDF "Mes 4 techniques pour travailler régulièrement et réussir ses examens"

Dans les 3 articles précédents, je vous ai présenté 3 techniques pour travailler régulièrement et réussir ses examens: tenir 1 feuille de route, travailler de façon courte mais intense, et formuler un objectif clair et motivant !

Dans ce dernier article de la série, je vais vous parler de ma 4ème technique, qui est un peu surprenante mais vraiment intéressante et utile: prendre soin de sa « voix intérieure » pour s’encourager et être son meilleur ami.

Ca vous semble bizarre ? Qu’est-ce-que j’appelle « voix intérieure » ? Rassurez-vous, je vais tout vous expliquer ! 😉

J’ai pris conscience de l’influence de notre voix intérieure sur nos actes, dans la formation en ligne SYNAPSE que j’ai pu suivre. L’objectif de cette formation est de dominer la procrastination (=l’art de constamment tout remettre au lendemain).

 

C’est quoi notre « voix intérieure » ?

La petite voix intérieure, c’est tout simplement le discours que l’on se fait à soi-même, intérieurement, à travers ses pensées.

On peut aussi appeler ça notre « dialogue interne », le dialogue que l’on se fait intérieurement à soi-même (non, je ne suis pas fou, on se parle souvent à soi-même !)

 

Pourquoi se soucier de ce dialogue interne ?

Cela peut sembler anodin, mais j’aimerai vous faire remarquer à quel point il est important d’être attentif à ce qu’on se dit à soi-même, dans notre tête.

En effet, il faut bien prendre conscience du processus suivant: une pensée engendre une émotion (ou inversement), et cela entraine un acte, et en définitive ce dernier donne un résultat (positif ou négatif) !

Nos pensées engendrent indirectement nos résultats ! (Cliquez pour mieux voir)

Nos pensées engendrent indirectement nos résultats ! (Cliquez pour mieux voir)

* je mets une flèche à double sens, car nos émotions peuvent aussi influencer nos pensées: c’est réciproque. (« J’ai peur alors je pense que je ne pourrai pas le faire » / « Je pense que je ne pourrai pas le faire, alors je commence à avoir peur »)

Par exemple, si je pense que je n’arriverai pas à faire mon exposé devant tout le monde (pensée), j’aurai peur de le faire, et je serai très angoissé (émotion). Et vu que je stress beaucoup, je risque d’être déstabilisé et de bafouiller, d’oublier ce que je voulais dire (actes). Et mon exposé ne sera sans doute pas terrible à voir… ! (résultat)

 

Comment concrètement notre petite voix intérieure peut nous décourager ?

Parfois notre voix intérieure peut vraiment nous décourager, et faire de nous, notre pire ennemi ! 

Par exemple, cela ne vous est-il jamais arrivé de vous dire intérieurement ce genre de choses:

  • Je n’y arriverai pas, c’est trop chiant !
  • Je suis franchement trop nul ! Quel idiot, c’est pas possible !
  • Je n’ai pas assez de temps !
  • Je dois terminer ma dissertation !
  • Je devrais vraiment me mettre au boulot !

Eh bien, trouvez-vous ce dialogue interne, ces pensées intérieures, motivantes et énergisantes ???

Pensez-vous qu’en disant ce genre de choses envers vous même, vous arriverez à vous motiver, à avoir la patate et vous mettre à travailler régulièrement ???

Personnellement, si je me dit cela, je sais qu’il y a de fortes probabilités pour que je sois paralysé, découragé et que je ne parvienne pas à travailler !

En effet, si on reprend le processus plus haut: ces pensées vont sans doute générer de la peur, de la colère, de l’angoisse (émotions); ce qui va m’inciter à ne pas me confronter à mes cours, afin de faire cesser ces émotions désagréables (actes); et ainsi, le résultat est que je n’aurais toujours pas avancé dans ce que je devais faire comme travail ! (résultat négatif)

Décryptons ces pensées, pour comprendre à quel point elles sont mortelles sur notre volonté de travailler:

  • J’en peux plus, c’est trop chiant ! -> grâce à cette pensée, la tâche nous semble pénible !
  • Je suis franchement trop nul ! Je n’y arriverai pas ! -> grâce à cette pensée, on se sent vraiment incapable, et la tâche à faire nous semble insurmontable !
  • Je n’ai pas assez de temps ! -> grâce à cette pensée, on a l’impression d’être complètement débordé, et de ne pas pouvoir finir !
  • Je dois terminer ma dissertation ! -> grâce à cette pensée, on se donne des ordres, ce qui est très démotivant !
  • Je devrais vraiment me mettre au boulot ! -> pareil, grâce à cette pensée, on se démotive en se donnant des ordres !

Vous l’aurez compris, ce genre de pensées fait de nous-même, notre propre ennemi: on se fait des reproches, on se critique, on se donne des ordres, on se plaint, on est fataliste, on invente des excuses !!!

Bref, plus aucun espoir, tout est noir, tout est foutu, et si on pouvait se condamner à mort, je suis sûr qu’on le ferait ! (bon, peut-être pas quand même… :))

En fait, notre dialogue interne est branché sur la mauvaise fréquence: « radio suicide » !  La solution, c’est de le brancher sur la bonne fréquence: « radio espoir » ! Pour s’encourager, être son meilleur ami, et contrecarrer nos émotions négatives par des arguments logiques.

Il ne s’agit pas de nier la réalité (on a peut-être une bonne raison de désespérer…), mais il s’agit de faire en sorte d’être son meilleur ami, pour faire ce qui s’avère être finalement bon pour nous. (il faut essayer de se reprendre en main: désespérer ne nous fera pas avancer…)

 

Comment brancher son dialogue interne sur la bonne fréquence

Pour brancher votre dialogue interne sur la fréquence « radio espoir », vous devez bannir certains termes de votre vocabulaire, et les remplacer par d’autres !

Les termes à absolument bannir (tirés de SYNAPSE) :

Je devrais… –> Comment je vais faire pour…

Je dois faire cela… –> Quand est-ce-que je peux commencer ? OU Je choisis de…

C’est trop grand/long/pénible… –> Quelle mini tâche je vais faire pour avancer maintenant ?

Je n’ai pas le temps… –> Je commence quand ?

Maintenant, je reconnais que ce n’est pas si simple d’être conscient de ce qu’on pense. Ainsi, personnellement, pour faciliter cette « reprogrammation » de mon dialogue interne sur la bonne fréquence, par écrit, j’ai réalisé une petite fiche-type, avec:

  • d’un côté j’ai fait apparaître mes pensées négatives (avec le mauvais vocabulaire) qui me venaient lorsque je voulais travailler, et qui me découragées,
  • et de l’autre, j’ai récrit ces pensées pour les améliorer: d’une part en remplaçant les termes à bannir par les bons, et d’autre part en répondant par une argument rationnel.

Concrètement, voici un exemple:

Voix intérieure (= dialogue interne) branchée sur la mauvaise fréquence:

– « C’est trop chiant de réviser tous les soirs ! Ca me gave ! Ca prend trop de temps ! »

– « Je dois réviser tous les soirs » (injonction démotivante)

– « J’ai tout mon temps » (ce qui me conduisait à m’y mettre à le dernière minute !)

Reprogrammation du dialogue interne, sur la bonne fréquence:

– « Il est beaucoup plus sain pour moi, de travailler régulièrement: moins de stress, de moins en moins d’efforts seront à faire au fur et à mesure de mes révisions, je retiendrais et comprendrais beaucoup mieux »

– « Je choisi de travailler: c’est plus efficace d’en faire un petit peu régulièrement que tout d’un coup »

Ainsi, sur ma petite fiche, j’avais 5 pensées négatives régulières, qui m’empêchaient de travailler que j’ai remplacées par de « bonnes pensées » (constructives et motivantes).

Extrait de ma petite fiche-type, pour reprogrammer ma voix intérieure sur la bonne fréquence: "radio espoir" ! :)

Extrait de ma petite fiche-type, pour reprogrammer ma voix intérieure sur la bonne fréquence: « radio espoir » ! 🙂

 

Je la relisais chaque fois avant de me mettre à travailler, dans le but d’être dans un bon état d’esprit !

Cela vous semble peut-être bizarre voire carrément inutile, mais je peux vous assurer qu’en ce qui me concerne, ça m’a permis de contrôler mes pensées pour « mieux penser », de nourrir mon esprit de pensées constructives et motivantes, afin de travailler le plus régulièrement possible, pour essayer d’atteindre mon objectif SMART !

 

Conclusion

En conclusion, vous l’aurez compris, réaliser et relire régulièrement cette fiche avant de me mettre à travailler, pour « reprogrammer mes pensées », m’a permis de faire en sorte que:

1) je sois mon meilleur ami et ainsi m’encourager (en étant positif envers moi-même),

2) d’arrêter d’avoir de l’appréhension ou de la peur, d’être trop dans l’émotion: en trouvant des arguments logiques, pour éviter de m’inventer des excuses pour ne pas faire ce que j’ai décidé de faire.

 

« Consummatum » (terminé)

C’est sur cette note de latin (j’ai jamais fait de latin, mais pourquoi pas…! ^^) et surtout sur cette dernière et 4ème technique que notre série d’articles s’arrête !

Je vous ai donc présenté les 4 techniques que j’ai apprises et appliquées, et qui m’ont permises de travailler régulièrement afin de valider ma 1ère année en psycho, en augmentant ma moyenne de 4 points ! (de 11 à 15)

A présent, j’espère que vous ne vous contenterez pas de me lire, mais plutôt d’appliquer mes 4 techniques: seuls les actes engendrent des résultats !

 

 

Cela demande quelques efforts, mais elles ne sont pas très difficiles à mettre en place, et surtout, elles risquent vraiment de vous aider à travailler régulièrement pour réussir vos examens ! (ou pour tout autre projet que vous avez)

Enfin, n’hésitez pas une seconde à me poser vos questions en commentaire ou par mail, si par exemple vous rencontrez un problème ou n’avez pas tout compris; j’y répondrais avec plaisir ! 🙂

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Pourquoi continuer à "galérer" ???
Cadeaux: 5 audios + 1 guide PDF
(1) 5 fichiers mp3: pour se motiver et être en forme (lecture de mes articles) + (2) le Guide PDF "Mes 4 techniques pour travailler régulièrement et réussir ses examens"

3 Responses to “Comment travailler régulièrement – Prendre soin de sa « voix intérieure » pour être son meilleur ami ! (4/4)”

  1. caroline

    Salut kEVIN,
    Merci pour cet article très clair et bien expliqué. C’est important d’être à l’écoute de soi et de se motiver. J’essaierai d’appliquer ta technique pour avancer !

    Répondre
  2. Lolita

    Bonjour Kevin,
    Je suis étudiante et je suis décourager, mais après avoir lu votre article j’ai commencer à avoir confiance en moi-même. Cela fait déjà quelques semaines que j’applique vos conseils et je suis impressionner car ça marche !
    Merci énormément, Au revoir 🙂

    Répondre
    • Kévin

      Hello, super ! Merci beaucoup pour ton commentaire, Lolita ! Heureux que mes conseils s’avèrent gagnants ! Au plaisir ! 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire